Revue de presse du 5 décembre 2019

Revue de presse


Le Department for Education a publié aujourd’hui ses statistiques sur le nombre d’enfants pris en charge par les services sociaux anglais au 31 mars 2019.

Comme les années précédentes, ce nombre est en hausse (4 %) et a atteint 78 150, soit un taux de 65 enfants pour 10 000 (64 pour 10 000 en 2018, 60 pour 10 000 en 2015). Un peu plus de la moitié sont des garçons (56 %), comme l’année dernière. L’âge moyen des enfants pris en charge n’a cessé d’augmenter au cours des cinq dernières années : 39 % sont âgés de dix à quinze ans, 24 % sont âgés de seize ans et plus, 18 % ont entre cinq et neuf ans, 13 % entre un et quatre ans, 5 % ont moins d’un an. La plupart des enfants pris en charge sont placés en famille d’accueil (72 %).

Plusieurs raisons peuvent motiver la prise en charge des enfants :

  • risque de négligence ou de violence (49 570 enfants) ;
  • dysfonctionnement familial ou incapacité parentale chronique (11 310 enfants) ;
  • crise familiale temporaire diminuant la capacité parentale à répondre adéquatement à certains besoins des enfants (6 050 enfants) ;
  • absence de parents disponibles pour subvenir aux besoins de l’enfant (5 410 enfants) ;
  • invalidité ou maladie de l’enfant ou de ses parents (4 580 enfants) ;
  • comportement socialement inacceptable ou faible revenu (1 230 enfants).

Après une période d’augmentation progressive, le nombre d’enfants qui ont cessé d’être pris en charge est en baisse de 2% (29 460 enfants – 31 860 en 2016). Plusieurs raisons peuvent motiver la fin de la prise en charge des enfants :

  • retour à la maison pour vivre avec les parents (30 %) ;
  • entrée dans une vie indépendante, avec ou sans soutien (16 %) ;
  • ordonnances spéciales de tutelle (13 %) ;
  • adoption en cours (12 %).

Le nombre d’enfants ayant cessé d’être pris en charge en raison de leur adoption a chuté de 7 % et s’établit à 3 570 (5 360 en 2015). Le délai moyen entre la prise en charge et l’adoption est d’un an et onze mois (deux ans et trois mois en 2015 et 2016).














  • Gaudemard (Lynda), « Contre les violences conjugales, des lois existent déjà, appliquons-les », Le Monde, nº 23298, 6 décembre 2019, p. 21.





  • Murry (Pierre), « Pour protéger les femmes, justice et psychiatrie doivent travailler ensemble », Le Monde, nº 23298, 6 décembre 2019, p. 21.


Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.