p@ternet

Réseau paternel

Prêter n’est pas donner

Cour de cassation

Lors de son audience publique de ce 11 octobre 2017, la Cour de cassation a précisé que la mise à disposition gratuite d’un logement à l’un de ses enfants ne constitue pas un avantage indirect dont icelui serait redevable à l’égard des autres héritiers lors du règlement de la succession.

En l’espèce, un père avait prêté un appartement à son fils pendant plus de dix ans sans contrepartie financière. Au décès du père, sa fille et sa veuve avaient demandé le rapport à la succession, c’est-à-dire la réintégration de l’avantage indirect dont le fils avait bénéficié par la mise à disposition gratuite de ce logement, mais les juges de la cour d’appel de Paris n’avaient pas retenu leur demande.

La Cour de cassation a confirmé aujourd’hui que « la mise à disposition […] d’un appartement […], sans contrepartie financière, relevait d’un prêt à usage » et qu’« un tel contrat est incompatible avec la qualification d’avantage indirect rapportable » :

« Le prêt à usage constitue un contrat de service gratuit, qui confère seulement à son bénéficiaire un droit à l’usage de la chose prêtée mais n’opère aucun transfert d’un droit patrimonial à son profit, notamment de propriété sur la chose ou ses fruits et revenus, de sorte qu’il n’en résulte aucun appauvrissement du prêteur. »

Références
Cour de cassation
Chambre civile 1
Audience publique du 11 octobre 2017
Nº de pourvoi : 16-21419

Attention ! La jurisprudence et la loi évoluent en permanence. Assurez-vous auprès d’un professionnel du droit de l’actualité des informations données dans cet article, publié à fin d’information du public.

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme