p@ternet

Réseau paternel

Au mieux trois fois par semaine

Au mieux 3 fois par semaine

Hippolyte Romain (© D.R.)

Hippolyte Romain (© D.R.)

Artiste peintre vivant à Paris, Hippolyte Romain a exposé dans les plus grandes galeries internationales et crée des spectacles de théâtre. Son dernier livre rend compte de la terrible réalité que certains pères découvrent au lendemain d’une séparation ou d’un divorce, avec à la clé, notamment, un enfant ballotté entre les deux partenaires. Illustré d’une dizaine d’encres de l’auteur, avec des chapitres courts, le parcours du combattant d’Hippolyte Romain est vécu par des dizaines de papas à travers la France. Les dessins parlent d’eux-mêmes : un papa, comme beaucoup, livré aux affres du divorce, et le cauchemar au jour le jour pour vivre des moments intimes avec le fruit de cet amour fané. Hippolyte Romain livre à la fois une réflexion (un ménage sur deux explose en France à l’heure actuelle !) et des croquis personnels « à la Daumier ».

« Un divorce est une rupture.

« On coupe le fil d’un amour, d’années de vie commune où il y a forcément eu parfois des allures de bonheur.

« Pour beaucoup de couple, une petite boule de plus est apparue au chapelet de la vie, un enfant… Certains ont même ajouté plusieurs perles à ce collier familial.

« Seulement l’harmonie s’envole un beau matin et pour des raisons souvent imprévisibles, la haine s’est installée dans le duo. Tout à coup le conjoint est devenu l’ennemi nº 1 et, pour le punir, l’enfant va servir d’instrument de torture et de marchandage entre les ex-époux.

« Les salauds sont légions, lâches, indignes. Et la justice a tendance à mettre tous les mâles dans le même sac. Ils doivent d’abord payer et ensuite… à voir !

« Tous les coups sont permis. À travers ce décor, le gosse est une balle de ping-pong. C’est cette aventure et ce parcours des papas au cœur brisé que je raconte.

« Le livre que tous les papas doivent lire, surtout ceux qui souffrent ou ont souffert après un divorce douloureux et la séparation de leurs enfants, quand la mère, usant de son pouvoir, refuse de les leur confier en dépit des arbitrages de la loi.

« Il n’est pas un réquisitoire contre les mamans, seulement le triste constat d’une différence de traitement entre le père et la mère au sujet des petits devant les juges et la société. »

Au mieux 3 fois par semaine

Références
Auteur : Romain (Hippolyte)
Titre : Au mieux 3 fois par semaine
Édition : Paris, Erick Bonnier
EAN 9782367600918
Description : format 145×190, 128 pages, 15 illustrations de l’auteur
Prix : 15 €
Sortie nationale le jeudi 11 mai 2017

 

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

© 1999-2017 p@ternet Frontier Theme