Revue de presse du 31 janvier 2019

Revue de presse




S’interroger sur l’avenir des droits conjugaux dans le futur système de retraite universel suppose de revenir sur le fondement historique de la réversion qui s’inscrivait dans un contexte où le mariage durable et précoce était le mode de conjugalité dominant et où l’homme était l’apporteur principal de ressources au sein du couple : les évolutions économiques et sociales remettent en question cette construction.

La première partie de ce dossier est consacrée à des éléments de cadrage démographique et économique sur la vie en couple en France. Ses modalités ont évolué depuis plusieurs décennies, sous l’impulsion de changements sociaux ou de modifications légales (notamment l’instauration du PACS en 1999 et la loi de 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe). Les rôles économiques et sociaux au sein des couples se sont par ailleurs modifiés au fil du temps, même s’il existe toujours une certaine dissymétrie qui se traduit par des inégalités entre les femmes et les hommes pendant la vie active et à la retraite.

La deuxième partie dresse un état des lieux de la réversion en France en présentant les bénéficiaires, les dispositifs existants et les montants en jeu. Elle revient notamment sur la complexité, voire l’incohérence, des règles de réversion selon les régimes d’affiliation.

Après un panorama des dispositifs en vigueur à l’étranger, la dernière partie présente les évolutions possibles de la réversion dans le futur système universel de retraite.



Philippe Schmitt

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.