PMA sans père : le rapport de la Mission parlementaire confirme à nouveau que les conditions fixées par Emmanuel Macron ne sont pas réunies

Communiqué de presse de La Manif Pour Tous

La Manif Pour Tous

Sans surprise, le rapport de la Mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique confirme une fois de plus que la PMA sans père est l’objet de divergences profondes comme son rapporteur le constate lui-même.

Le Président de la République a toujours posé comme préalable à toute modification de l’encadrement de la procréation médicalement assistée l’existence d’un large consensus.

Pour La Manif Pour Tous, il faut d’autant plus en tenir compte que c’est ce qu’avait déjà montré la consultation des états généraux de la bioéthique 2018 : ce projet, qui clive profondément la société, ne peut donc qu’être reporté.

Hasard du calendrier, à l’heure où Emmanuel Macron est dans l’Eure pour lancer à Grand Bourgtheroulde le « grand débat national », la mission d’information bioéthique publie son rapport. Il fait suite à une autre grande consultation lancée il y a un an sous l’égide du CCNE (Comité consultatif national d’éthique) : les états généraux de la bioéthique. Ce grand débat a montré une cohérence dans ses conclusions entre la consultation en ligne, les réunions publiques et les auditions au plan régional et national. Comme l’a résumé Jean-François Delfraissy, Président du CCNE, dans une interview au quotidien Le Monde le 5 juin dernier : « Il n’y a pas de consensus sur la procréation médicalement assistée ».

De son côté, si Jean-Louis Touraine, dans le rapport de la Mission bioéthique, fait part de ses propositions en faveur de la PMA sans père, de la PMA post-mortem, de l’autoconservation ovocytaire et de la GPA, il fait aussi le même constat, dont il fait même une tête de chapitre : « l’extension de l’accès à la PMA reste controversée ».

Or, sur ce sujet, Emmanuel Macron avait déclaré à Têtu le 24 avril 2017, entre les deux tours de la présidentielle : « si un tel débat aboutit favorablement, je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire. »

Après les états généraux, le compte-rendu des auditions conduites par la mission d’information confirme une nouvelle fois l’absence de consensus en faveur de la PMA sans père. Cette situation fait écho aux enquêtes d’opinion qui se contredisent souvent selon que l’accent est mis sur la création de nouveaux droits ou l’intérêt de l’enfant.

« La reconnaissance claire et nette de l’absence de consensus en faveur de la PMA par Jean-François Delfraissy comme par Jean-Louis Touraine montre que les conditions fixées par Emmanuel Macron pour envisager de modifier l’accès à la PMA ne sont pas réunies. Il faut en tenir compte. Alors que s’ouvre une consultation majeure pour l’avenir de notre pays et qui engage notre cohésion nationale, le gouvernement a l’occasion de montrer que les conclusions des consultations sont réellement prises en compte. Sa confirmation serait un signal fort d’apaisement alors que toute forme de passage en force serait à juste titre vécue comme une nouvelle provocation inutile. L’heure est à l’unité. Les sujets polémiques et clivants sont donc à éviter », souligne Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.


Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.