Revue de presse du 4 janvier 2019

Revue de presse

On ne peut guère s’attendre à lire des considérations élevées, encore moins lumineuses, dans la communication institutionnelle de la confédération française des travailleurs crétins. On nous signale ainsi cet article, où on relève notamment cette incongruité :

« Près de 8 familles monoparentales sur 10 résultent d’un divorce ou d’une séparation. Si le cadre réglementaire prévoit le versement d’une pension alimentaire au parent en charge de l’enfant, son paiement est souvent source de conflits. Entre 30 et 40 % des pensions restent impayées ! »

Il apparaît là, une fois de plus, que le concept de « famille monoparentale  n’a pas d’autre objet que d’annihiler le parent qui ne vit pas au quotidien avec ses enfants – le père le plus souvent. À l’issue d’un divorce ou d’une séparation, ce parent reste généralement titulaire de l’autorité parentale conjointe, et verse une contribution à l’entretien et l’éducation des enfants sous forme de pension alimentaire à l’autre parent. Il n’y a donc aucune raison de considérer que la famille décomposée est pour autant monoparentale : l’enfant conserve ses deux parents, même si l’un de ceux-ci est placé en retrait par l’effet de décisions judiciaires iniques.

On retrouve également le poncif féministe bien connu des 30 à 40 % de pensions impayées. L’auteur de ce morceau de propagande aurait dû se reporter à la dernière étude officielle sur le sujet : Belmokhtar (Zakia), « La contribution à l’entretien et l’éducation de l’enfant, deux ans après le divorce », InfoStat Justice, nº 141, 22 avril 2016. On y trouve à la page 2 ce tableau qui rétablit la vérité :

InfoStat Justice, nº 141, 22 avril 2016, p. 2

Bien que cette étude ne porte que sur les divorces, il n’y a aucune raison de penser que les ordres de grandeur soient différents dans le cadre des séparations hors mariage.







Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.