Revue de presse du 26 septembre 2016

Revue de presse



Insee Première, nº 1618, 26 septembre 2016Les ménages consomment de nombreux biens et services, mais n’en paient pas directement l’intégralité. Une partie est en effet prise en charge par les administrations publiques ou les institutions sans but lucratif au service des ménages : on parle alors de dépense socialisée. Son poids dans la consommation des ménages et dans le produit intérieur brut a augmenté depuis cinquante-cinq ans, notamment lors des années de ralentissement économique.

Cette dépense socialisée concerne principalement l’action sociale, l’enseignement, le logement et la santé. Dans le domaine de l’action sociale, l’instauration d’aides aux ménages pour l’accueil de jeunes enfants, la dépendance ou l’hébergement de personnes handicapées explique la croissance de la part des dépenses socialisées. La collectivité prend en charge plus de 90 % de la consommation en enseignement. Pour le logement, la part de la dépense socialisée s’est développée durant les années 1980 et 1990 : la collectivité prend désormais en charge un quart des loyers des locataires. Pour la santé, la part de cette dépense – qui représente aujourd’hui près des trois quarts des dépenses de santé – a d’abord crû en raison d’un accès simplifié aux soins, puis s’est stabilisée depuis les années 1990 du fait de la mise en place de mesures d’économie.


Mamadou Kanouté

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.