Revue de presse du 9 juillet 2021

Revue de presse






Documents d’études, nº 248, 9 juillet 2021L’inégal accès des femmes et des hommes à la formation professionnelle résulte en partie de leur inégale répartition dans les métiers et les secteurs, qui offrent des opportunités de formation différents. Mais au-delà de ces différences d’accès, les actions de formation se déroulent-elles avec les mêmes objectifs pour les femmes et les hommes ? Ont-elles les mêmes effets sur leur évolution professionnelle ? Sont-elles plus fréquentes en préparation d’une mobilité ou après un changement de poste ou une promotion ? La présente étude éclaire ces questions en exploitant les calendriers d’activité et de formation sur cinq ans retracés dans l’enquête Formation et qualification professionnelle (FQP) menée par l’Institut national de la statistique et des études économiques en 2014 et 2015.

L’effet de la formation sur l’évolution professionnelle est délicat à évaluer en raison d’un potentiel risque d’endogénéité. Si la formation peut être un préalable à une mobilité professionnelle, elle peut aussi en être une conséquence en permettant d’acquérir ou de valider des compétences et des savoir-faire nécessaires au nouveau poste. Entre 2010 et 2015, les salariés ont en moyenne plus souvent participé à des formations suite à un changement professionnel, d’entreprise ou de fonction, ou à une promotion. Les formations suivies par les les femmes se sont cependant plus souvent inscrites en amont d’un changement professionnel, alors que celles des hommes ont plus fréquemment visé l’adaptation à un matériel ou un poste.

Une formation d’au moins dix-huit heures a des effets contrastés sur l’évolution professionnelle. Pour les femmes cadres et professions intermédiaires, elle a plus souvent été associée à une amélioration de la situation professionnelle, notamment dans le cadre d’un changement d’entreprise. Pour les hommes employés et ouvriers, la formation n’aurait pas eu d’effet propre sur la progression professionnelle, mais aurait plutôt témoigné d’un renforcement du lien entre le salarié et son entreprise. Enfin, pour les salariés restés dans la même entreprise sur la période 2010-2015, la formation n’aurait pas eu d’effet sur la progression professionnelle, ni pour les femmes, ni pour les hommes.

Les logiques liant formation et progression professionnelle qui prévalaient sur la première moitié des années 2010 apparaissent ainsi différentes pour les femmes et les hommes salariés en fonction de leur groupe socioprofessionnel. Ces constats doivent être considérés au regard du contexte particulier de cette période marquée par la crise économique mondiale de 2008.


Francesco Arcuri vs Juana Rivas



Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cette publication vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.