Revue de presse du 24 janvier 2021

Revue de presse

Unsafe: America’s Abortion Industry Endangers WomenL’industrie de l’avortement a mis en œuvre une stratégie d’abrogation totale de la législation contre l’avortement, faisant croire qu’icelui serait sans danger s’il était légalisé. Aux États-Unis, la décision de la Cour suprême dans l’affaire Roe c. Wade a ainsi largement contribué à libéraliser l’avortement dans les cinquante États.

Americans United for Life a publié aujourd’hui un rapport de 200 pages sur les conséquences tragiques de cette décision, notamment les violations de la législation perpétrées dans les centres d’avortement – en particulier quant au consentement éclairé (les centres d’avortement n’informant pas correctement les femmes sur les alternatives à l’avortement ou les risques d’icelui). Ses auteurs ont examiné plus de 25 000 pages de documents publics, dont 1 200 rapports d’inspection extraits des archives de trente-neuf États – les États omis n’ont pas inspecté du tout leurs centres d’avortement. Plus de 2 400 manquements en matière de santé et de sécurité ont été constatés dans plus de 300 établissements entre 2008 et 2020, y compris des centaines de violations importantes de lois destinées à garantir la santé et la sécurité de base.

Ainsi, l’American College of Obstetricians and Gynecologists – pro-avortement – avait édicté en 2009 que le consentement éclairé « is based on the Disclosure of information and a sharing of interpretations of its meanings by a medical professional. The accuracy of disclosure, insofar as it is possible, is governed by the ethical requirement of truth-telling. » Or, de nombreux centres d’avortement ne respectent pas cette norme. Le rapport révèle qu’au moins quatre-vingt-six d’entre eux dans au moins vingt et un États (notamment l’Alabama, l’Arizona, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud, le Connecticut, la Floride, la Géorgie, l’Illinois, l’Indiana, le Kansas, la Louisiane, le Maryland, le Michigan, le Missouri, le New Jersey, l’Ohio, l’Oregon, la Pennsylvanie, le Tennessee, le Texas et la Virginie) ont omis de fournir toutes les informations requises.

Les violations du consentement éclairé documentées sont les suivantes :

  • absence d’affichage ou de communication des lignes d’assistance téléphonique pour les réclamations ;
  • absence de personnel approprié pour obtenir le consentement éclairé requis ;
  • absence des informations relatives à l’agrément du centre d’avortement dans un endroit où elles peuvent facilement être vues ;
  • absence du consentement éclairé au moment requis, par exemple dans le laps de temps requis par la législation de l’État ou le jour même de l’avortement.

Le rapport retrace également l’histoire sordide du mouvement pro-avortement, rappelle les dangers de l’avortement chimique, et met en évidence le mépris des avortueurs pour la sécurité des femmes et des jeunes filles.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.