Revue de presse du 19 septembre 2019

Revue de presse










Insee Première, nº 1774, 19 septembre 2019D’après l’enquête annuelle de recensement de 2018, l’Institut national de la statistique et des études économiques a établi que 266 000 personnes partagent leur logement avec un partenaire de même sexe en France, soit 0,9 % des couples co-habitants – contre 0,6 % en 2011. Les auteurs font cependant remarquer qu’« en 2018, les personnes en couple de même sexe hésitent vraisemblablement moins qu’en 2011 à déclarer vivre en couple ».

« Les couples cohabitants de même sexe sont […] plus souvent constitués de deux hommes (56 %) que de deux femmes (44 %). Mais le nombre de couples de femmes augmente plus vite (+ 61 % entre 2011 et 2018, contre + 49 % pour les hommes). […]

« Les personnes se déclarant en couple avec un partenaire du même sexe sont en moyenne plus jeunes que les personnes en couple avec un partenaire de sexe différent. »

C’est entre vingt-cinq et vingt-neuf ans qu’il est le plus fréquent de vivre avec un partenaire de même sexe pour les femmes (0,9 %), et entre trente et trente-quatre ans pour les hommes (1,1 %).

Les couples homosexuels sont plus présents dans les territoires les plus peuplés. Leur proportion est donc plus élevée en Île-de-France (1,4 %), particulièrement à Paris intra-muros (3,7 %), où vivent 15 % des couples d’hommes et 7 % des couples de femmes – contre 3 % de l’ensemble des couples en France.

Les personnes vivant en couple avec un partenaire de même sexe sont plus diplômées que celles vivant avec un partenaire de sexe différent. Elles appartiennent également à des catégories sociales plus favorisées.

60 % des couples de même sexe cohabitants ont contractualisé leur union et 14 % vivent avec des enfants, pour l’essentiel des couples de femmes.





  • Cordier (Solène), « Pensions alimentaires : un nouveau système pour lutter contre les impayés », Le Monde, nº 23232, 20 septembre 2019, p. 12.




Jonathan Vanderhagen

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.