Revue de presse du 28 août 2019

Revue de presse



  • « Un juge du Missouri suspend une loi restrictive sur l’avortement », Le Monde, nº 23213, 29 août 2019, p. 5.

Le Monde, nº 23213, 29 août 2019, p. 5













Une recherche menée en Belgique a comparé la réaction physiologique des bébés aux caresses maternelles et paternelles, lesquelles font partie du processus de création de liens. L’expérience a été menée à Bruxelles auprès de vingt-cinq mères et autant de pères, tous parents de bébés âgés de quatre à seize semaines. Chaque parent devait caresser son bébé pendant trois périodes d’une minute, espacées de 10 secondes, à un rythme et dans des endroits connus pour stimuler la réponse la plus positive chez le bébé – certains mécanorécepteurs localisés uniquement dans la peau velue (bras, épaules, jambes, tête), les C tactile afferents, répondent de manière optimale aux caresses prodiguées entre 1 et 10 cm/seconde. La respiration et le rythme cardiaque du bébé ont été mesurés, tandis que les parents étaient filmés.

Les chercheurs ont notamment mesuré l’arythmie respiratoire sinusale, c’est-à-dire la variation du rythme cardiaque se produisant à chaque cycle respiratoire (entre inspiration et expiration) : une augmentation traduit une réaction positive de la régulation physiologique, reflétant la flexibilité individuelle face au stress. Le développement de cette flexibilité est important pour que la régulation du stress soit fonctionnelle chez le bébé.

La réaction physiologique des bébés a été globalement la même vis-à-vis des mères et des pères, pendant et après les caresses. Une seule différence a été décelée : la respiration a en moyenne davantage diminué pendant les caresses maternelles, les mesures convergeant après les caresses. Les chercheurs affirment que ces résultats atténuent les doutes quant à la capacité des pères de nouer des liens avec leurs enfants au cours des premières semaines de leur vie.


Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.