Revue de presse du 27 août 2019

Revue de presse

L’événement du jour, c’est l’audition en fin d’après-midi des représentants de trois associations par la commission spéciale de l’Assemblée nationale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la bioéthique. Ont été entendus :

Toutes choses égales par ailleurs, nous leur rendons hommage pour avoir eu le courage de défendre la paternité face à un aréopage majoritairement hostile, ce d’autant que les associations prétendant défendre spécifiquement la cause des pères auront – une fois de plus – brillé par leur absence…

Le « spectacle » commence à environ 1:35:00 :









  • Cordier (Solène), « PMA pour toutes : les termes “mère” et “mère” sur l’acte de naissance », Le Monde, nº 23212, 28 août 2019, p. 9.

  • Crowley (Elaine), O’Sullivan (Brian), « The Elaine Show », Virgin Media, 27 août 2019.


Insee Première, nº 1769, 27 août 2019La fécondité des femmes qui travaillaient (ou avaient déjà travaillé) variait selon le groupe social en France en 2016 : l’indicateur conjoncturel de fécondité allait de 1,64 enfant par femme pour les cadres à 1,91 pour les employées. Les femmes qui n’avaient jamais travaillé avaient de loin la plus forte fécondité (2,57).

Les groupes sociaux se différenciaient aussi par l’âge moyen à l’accouchement : trente ans pour les employées et les ouvrières, trente-trois ans pour les cadres. Les comportements variaient nettement selon l’âge, en particulier avant trente ans ; après trente ans, les cadres vivant en couple avaient autant d’enfants que les femmes sans profession.

Les écarts de niveau de fécondité entre groupes sociaux étaient faibles parmi les femmes non immigrées, forts parmi les femmes immigrées. Immigrées ou non, les femmes d’un même groupe social accouchaient en moyenne au même âge.

Toujours en 2016, les hommes qui avaient le plus d’enfants étaient les agriculteurs, les artisans et les commerçants (2,1 enfants par homme), lesquels étaient aussi les pères les plus jeunes. Les hommes qui n’avaient jamais travaillé, plus rarement en couple, avaient le moins d’enfants.









Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.