Revue de presse du 1er juillet 2019

Revue de presse




La directive work-life balanceLe Baromètre des parents de la Ligue des familles montre chaque année que la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle représente un défi majeur pour les aidants et les parents. Selon l’édition 2018, huit parents sur dix éprouvent des difficultés à concilier ces deux vies, et un sur quatre ressent souvent – voire en permanence – un risque de burn out parental. Le Baromètre montre également que prendre un congé parental reste une affaire de femmes, puisqu’elles représentent 69 % de ses bénéficiaires.

Il a pourtant été démontré que les pères qui prennent des congés parentaux restent impliqués sur le long terme dans l’éducation de leurs enfants, et que ceux-ci jouissent alors d’une meilleure santé et possèdent des compétences cognitives et émotionnelles plus élevées (cf. « Parental leave: Where are the fathers? Men’s uptake of parental leave is rising but still low », Policy Brief [Organisation for Economic Cooperation and Development], 2 mars 2016). Un meilleur partage des congés parentaux entre les femmes et les hommes favoriserait donc le bien-être de l’ensemble de la famille.

La conciliation des temps de vie est un enjeu d’autant plus fondamental que le vieillissement de la population conduit les parents travailleurs à remplir aussi très souvent un rôle de proche aidant.

Face à ce constat, la Commission européenne a proposé en 2017 une directive sur la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle (work-life balance). Le Conseil de l’Union européenne, la Commission européenne et le Parlement européen sont parvenus à un accord définitif le 13 juin dernier, après deux ans de négociation. Quoique cette directive constitue une voie de progrès et renforce le droit des travailleurs ayant des responsabilités familiales, le standard des normes y figurant est extrêmement faible, permettant ainsi à de nombreux États européens de ne pratiquement rien changer à leur législation nationale.

Pour la Ligue des familles, la transposition de la directive est toutefois une opportunité de réformer en profondeur le dispositif belge actuel, qui n’est manifestement pas suffisant pour faire face aux enjeux de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.


  • Grasset (Jean-Hubert), Mesnil (Marie), « La généalogie des enfants nés de PMA est instituée par le droit », Le Monde, nº 23163, 2 juillet 2019, p. 28.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.