Revue de presse du 28 mars 2019

Revue de presse



Synthèse • Stat’, nº 25, 28 mars 2019Ce numéro de Synthèse • Stat’ présente les résultats de l’enquête Conditions de travail – Risques psychosociaux de 2016 concernant les indicateurs relatifs à l’organisation du temps de travail : semaine de travail, horaires atypiques, dépassements, concordance des horaires avec la vie hors travail, etc. Ce volume recouvre un des six axes d’analyse des risques psychosociaux construits par le collège d’expertise sur le suivi statistique des risques psychosociaux au travail : l’intensité du travail et temps de travail (axe 1).

Réalisée par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, la direction générale de l’Administration et de la Fonction publique et l’Institut national de la statistique et des études économiques, l’enquête Conditions de travail – Risques psychosociaux de 2016 est la concrétisation des recommandations du Collège d’expertise sur le suivi statistique des risques psychosociaux au travail, réuni en 2009-2010 à la demande du ministre chargé du travail.

Cette enquête s’articule avec l’enquête Conditions de travail : tous les trois ans, en alternance, a lieu une enquête dédiée aux risques psychosociaux avec un nombre plus important de questions sur les risques psychosociaux et une enquête Conditions de travail décrivant plus finement les conditions physiques de travail. L’enquête Conditions de travail et Risques psychosociaux s’inscrit donc dans la continuité de l’enquête Conditions de travail 2013 et des éditions précédentes. Elle a été réalisée en « face à face » auprès d’un échantillon d’environ 28 000 personnes. Tous les répondants de l’enquête Conditions de travail 2013 ont été inclus dans l’interrogation de 2016, y compris les personnes sorties de l’emploi (au chômage ou inactives, en arrêt maladie de plus d’un an, retraitées).

C’est la seule enquête sur les conditions de travail de cette ampleur et portant sur l’ensemble des actifs occupés. Cela permet des analyses fines par catégorie socioprofessionnelle et secteur d’activité. La reconduction de l’enquête, environ tous les sept ans depuis 1978 et tous les trois ans depuis 2013, permet de disposer de la profondeur temporelle nécessaire pour apprécier les évolutions récentes.





  • Grabet (Laurent), « L’éternelle souffrance des pères divorcés », GHI, nº 2307, 28 mars 2019, p. 3.


  • Kottelat (Philippe), « Des lois d’arrière-garde », GHI, nº 2307, 28 mars 2019, p. 3.




  • Uzan (Olivia), « Dans les milieux aisés, les femmes divorcées pourraient assumer leur indépendance financière », Le Monde, nº 23083, 29 mars 2019, p. 27.

  • Villac (Michel), « L’accueil des jeunes enfants doit être relancé en France », Le Monde, nº 23083, 29 mars 2019, p. 27.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.