p@ternet

Réseau paternel

Revue de presse du 20 novembre 2017

Revue de presse



  • Bentolila (Alain), « Ce n’est pas ainsi qu’on fera reculer la discrimination sexuelle », Le Monde, nº 22661, 21 novembre 2017, p. 20.
  • Bousquet (Danielle), Vouillot (Françoise), « N’ayons pas peur d’une mesure de progrès », Le Monde, nº 22661, 21 novembre 2017, p. 20.

  • Collectif, Le Bulletin annuel du SNATED, nº 6, Paris, Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger, 21 novembre 2017.

Droits de l’enfant en 2017. Au miroir de la Convention internationale des droits de l’enfantComme chaque 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, et la Défenseure des enfants, Geneviève Avenard, ont remis au Président de la République leur rapport annuel consacré aux droits de l’enfant. Ce rapport 2017 dresse le bilan du suivi par la France des dernières recommandations du Comité des droits de l’enfant de l’Organisation des Nations-Unies, publiées le 23 février 2016, et porte également une attention particulière au droit à la santé et à l’éducation à la sexualité.

Le rapport constate un déséquilibre entre les droits énoncés par les textes législatifs et réglementaires et les droits effectivement réalisés pour les enfants, en dépit de certaines évolutions du cadre juridique jugées positives, comme la création du Conseil national de la protection de l’enfance par la loi du 14 mars 2016, et du lancement de différents plans ou stratégies à l’échelle nationale. Le rapport souligne ainsi la nécessité de développer l’aide et le soutien aux parents, la participation des enfants et la prévention, tout en mobilisant et garantissant les moyens et ressources indispensables à la conduite de ces actions. Il alerte notamment sur la situation inquiétante des services de médecine scolaire et de protection maternelle et infantile, qui faute de moyens, sont « en péril » (p. 47).

Il constate par ailleurs « des difficultés persistantes d’accès à la santé pour les enfants en situation de vulnérabilité » (p. 49) : inégalités territoriales d’abord, particulièrement importantes en Guyane et à Mayotte, mais inégalités également sur l’ensemble du territoire à l’égard des enfants étrangers, Rom et mineurs non accompagnés, vivant dans des bidonvilles ou dans la rue. Le même constat vaut pour les enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance.

L’autre axe important du rapport est plus surprenant puisqu’il s’agit de l’éducation à la sexualité. Selon le rapport, elle constituerait un enjeu majeur pour le bien-être ainsi que le développement mental et physique des enfants et des adolescents. Le rapport constate que l’obligation de conduire des actions d’éducation à la sexualité, « prévue par la loi depuis 2001 », est très peu suivie et recommande notamment une approche globale « des sexualités » et des relations sexuelles, susceptible de contribuer à la lutte contre les préjugés et stéréotypes de genre, d’identité et d’orientation sexuelles. On reconnaît ici sans peine la soumission aux dogmes du lobby LGBT.

Le rapport préconise d’améliorer les compétences et la formation des acteurs de l’éducation à la sexualité, de s’appuyer davantage sur les enfants et les adolescents, d’associer les parents et de garantir la qualité des interventions extérieures à l’école. Il recommande plus particulièrement au ministre de l’Éducation nationale de remanier en profondeur le guide du formateur et d’élaborer une charte d’intervention en éducation à la sexualité en milieu scolaire, suivant les injonctions formulées par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Au regard des associations, institutions et « personnes qualifiées » consultées pour l’élaboration de ce rapport (pp. 116-117), force est de constater le primat exercé par le magistère du sexual correctness (« sexuellement correct ») sur ce qui tient lieu de pensée au Défenseur des droits



Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme