p@ternet

Réseau paternel

Marlène Schiappa : « Je suis toujours favorable au principe de résidence alternée »

Marlène Schiappa (© D.R.)

À la suite de la publication de son enquête sur les inégalités entre les femmes et les hommes dans la société française le 30 octobre dernier, la Fondation Jean-Jaurès a organisé ce soir une rencontre publique autour de quatre intervenants : Nadège Azzaz, conseillère régionale d’Île-de-France ; Jérôme Fourquet, directeur du département Opinon et stratégie d’entreprise de l’Ifop ; Dominique Meurs, chercheur associé à l’Institut national d’études démographiques, professeur à l’Université de Paris-X ; Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

C’est avec une abnégation remarquable, servie par une force mentale tout autant digne d’éloge, qu’un de nos camarades, Florian, a enduré pendant une bonne partie de cette soirée mondaine la logorrhée féministe et misandre desdits intervenants, afin de pouvoir poser une simple question à Marlène Schiappa :

Plafond de mère

« Vous avez créé le concept de “plafond de mère”. Est-ce que vous ne pensez pas qu’il y a un “plafond de père” ? En 2014, vous avez signé une pétition à titre personnel pour promouvoir la résidence alternée. Est-ce que c’est un sujet toujours d’actualité pour vous ? Est-ce que vous comptez la soutenir ou la favoriser, ou est-ce quelque chose que vous mettez de côté ? »

La réponse est venue quelques minutes plus tard :

« En ce qui concerne la résidence alternée, effectivement, c’est un engagement, une position personnelle que j’ai prise avant d’être nommée au gouvernement. Je vous rassure, je n’ai pas changé de position en rentrant au gouvernement : je suis toujours, à titre personnel, favorable au principe de résidence alternée, parce que je pense qu’effectivement il faut impliquer les pères dans le partage des tâches familiales. J’ai juste une réserve sur la résidence alternée, c’est que je pense qu’elle doit tomber – et là, c’est vraiment une position personnelle que j’exprime, ce n’est pas un sujet qui est à l’ordre du jour au niveau du gouvernement – mais je pense que la résidence alternée doit tomber dès lors qu’il y a violence, y compris violence conjugale, et non en direction de l’enfant, parce que je ne crois pas qu’on peut être un bon père si on frappe la personne avec qui l’on vit. Mais sinon, sur le principe, je suis bien évidemment favorable à ce que les parents se partagent équitablement les responsabilités d’éducation de leurs enfants. »

Question posée vers 1:40:50, réponse vers 1:46:20 :

Un commentaire

Ajoutez un commentaire
  1. Dénigrer plus de la moitié de la population (les pères mais aussi toutes les femmes autour d’eux), n’est que calomnie et diffamation inacceptables

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme