Revue de presse du 8 mars 2021

Revue de presse



  • « La SNCF poursuit ses actions pour faire progresser la mixité », Temps réel, nº 24, 8 mars 2021.


  • Aulnette (Christophe), « Il n’y a pas de leadership “au féminin”, le prétendre, c’est nourrir les stéréotypes sexistes », Le Monde, nº 23690, 9 mars 2021, p. 30.


  • Bissuel (Bertrand), « Les lents progrès des entreprises sur l’égalité salariale », Le Monde, nº 23690, 9 mars 2021, p. 14.

Le Monde, nº 23690, 9 mars 2021, p. 14




  • Garcia-Peñalosa (Cecilia), « La réintégration des femmes sur le marché du travail doit être un aspect fondamental des plans de relance », Le Monde, nº 23690, 9 mars 2021, p. 30.


  • Sullins (D. Paul), « The Case for Mom and Dad », The Linacre Quarterly, Vol. 88, nº 2, 1er mai 2021 (en ligne le 8 mars 2021), pp. 184-201.

La doctrine catholique affirme que le système de normes comprenant le mariage naturel et traditionnel, caractérisé par l’union sexuelle d’une femme et d’un homme formellement édictée, exclusive, irrévocable et précédée de la chasteté, est essentiel pour le bien-être et le développement des enfants. L’examen d’un vaste corpus de recherches diverses révèle que, par rapport aux enfants vivant en permanence avec deux parents, des parents mariés et/ou leurs propres parents biologiques, les enfants vivant dans d’autres arrangements familiaux connaissent systématiquement un bien-être émotionnel, une réussite scolaire et une santé physique moindres. Des recherches concurrentes ont diversement attribué cette différence à l’absence de parents mariés, de deux parents, de parents femme/homme complémentaires ou de stabilité familiale, mais ces possibilités n’avaient pas encore été étudiées de façon combinée. Pour répondre à cette question, les différences de structure familiale et les déterminants du bien-être de l’enfant (codés à l’envers pour montrer la détresse de l’enfant) ont été examinés à l’aide des National Health Interview Surveys de 2008 à 2018. Les problèmes émotionnels de l’enfant sont plus élevés avec moins de deux parents (biologiques ou non), des parents instables ou des parents non mariés. Seule l’absence de filiation biologique conjointe explique une détresse plus élevée, avec des résultats significativement pires sans le père biologique que sans la mère biologique. Cette étude démontre que le développement maximal de l’enfant ne se produit qu’avec ses deux parents biologiques mariés.



Francesco Arcuri vs Juana Rivas


Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cette publication vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.