Revue de presse du 23 mai 2020

Revue de presse


  • Battaglia (Mattea), Delahaye (Jean-Paul), « Cinq à six mois sans école, c’est une catastrophe annoncée », Le Monde, nº 23443, 24 mai 2020, p. 10.

  • Cordier (Solène), « Avec le confinement, les IVG hors délai en hausse », Le Monde, nº 23443, 24 mai 2020, p. 9.

Une équipe de chercheurs danoise a étudié l’impact du confinement mis en œuvre pendant la pandémie de Covid-19 sur le taux de natalité prématurée au Danemark. L’étude a porté sur les bébés uniques nés vivants au Danemark dans la période du 12 mars au 14 avril entre 2015 et 2020 (premier mois du confinement danois) et a comparé le nombre de naissances prématurées sur les six années.

31 180 nouveau-nés ont été retenus pour la période étudiée, parmi lesquels 58 sont nés extrêmement prématurés (âge gestationnel inférieur à vingt-huit semaines). 5 162 bébés – dont 4,8 % de prématurés – sont nés vivants entre le 12 mars et le 14 avril 2020, des nombres similaires à ceux de la même période des années 2015 à 2019 : 5 203 bébés – dont 5 % de prématurés – nés vivants, en moyenne. Alors que la proportion de très grands prématurés (nés avant vingt-huit semaines de grossesse) était de 2,19 ‰ en 2015-2019, elle a chuté à 0,19 ‰ en 2020. La proportion de prématurés nés entre vingt-huit et trente-deux semaines de grossesse a quant à elle augmenté cette année. La distribution des âges gestationnels est donc significativement différente en 2020 par rapport aux cinq années précédentes. De même, le taux de natalité extrêmement prématurée pendant le confinement a été significativement inférieur au taux moyen correspondant pour les mêmes dates des cinq années précédentes. Aucune différence significative entre 2020 et les cinq années précédentes n’a par contre été trouvée pour les autres catégories d’âge gestationnel.

Le taux de natalité extrêmement prématurée a donc diminué de manière significative (environ 90 % de réduction) pendant le confinement danois par rapport au taux stable des cinq années précédentes. Bien que les raisons de cette diminution ne soient pas claires, les auteurs de l’étude pensent que le confinement a pu avoir un effet positif sur les grossesses grâce à la baisse de la pollution atmosphérique, à la réduction des infections (distanciation physique et mesures d’hygiène renforcées) et au repos forcé (moins de stress professionnel et de trajets domicile-travail). Cette étude pourrait permettre de faire progresser la compréhension causale des accouchements prématurés afin d’élaborer des stratégies préventives et modifier la pratique clinique.



Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.