Revue de presse du 5 mars 2020

Revue de presse







La représentation des femmes à la télévision et à la radioLe Conseil supérieur de l’audiovisuel dispose depuis 2009 de données chiffrées concernant la représentation des femmes sur certaines chaînes de télévision avec son baromètre de la diversité, et développe depuis 2014 une action spécifique en vue d’une juste représentation et du respect des droits des femmes dans les programmes audiovisuels. Afin de parvenir à une appréciation plus fine des différences de représentation entre les femmes et les hommes dans les médias, tant pour le taux de présence que le temps de parole, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et le service de la recherche de l’Institut national de l’audiovisuel ont travaillé conjointement pour ce nouveau rapport 2019. Si les méthodes automatiques permettent en effet de traiter des quantités massives de documents, leur niveau d’abstraction n’égale pas les capacités humaines d’analyses, notamment en ce qui concerne l’identification des différents intervenants et leurs rôles au sein des programmes (expert, invité politique, journaliste, présentateur ou autre intervenant). La complémentarité des données déclarées par les chaînes de radio et télévision au Conseil supérieur de l’audiovisuel et du temps de parole extrait automatiquement par l’Institut national de l’audiovisuel apporte un nouvel éclairage à la complexe description de la représentation des femmes et des hommes dans les programmes audiovisuels.

L’exercice 2019 révèle une amélioration de la présence des femmes sur les antennes, notamment à la radio. La part des femmes présentes à l’antenne – radio et télévision confondues – a pour la première fois dépassé la barre des 40 % (41 % contre 59 % d’hommes), soit une progression de deux points par rapport à l’année dernière. Si la télévision présentait jusqu’alors plus de femmes sur ses antennes que la radio, cet écart s’est résorbé puisque la part des femmes à la radio a pour la première fois atteint la barre des 40 % (+3 points par rapport à 2018) alors que leur part à la télévision est restée stable (42 %). Leur taux de parole n’a cependant été que de 36 %.

La part des femmes a également progressé dans quatre catégories sur cinq, notamment pour la catégorie « présentatrice » (50 %, soit +3 points par rapport à 2018). Radio et télévision confondues, le taux des expertes a continué de progresser (38 %, soit +1 point par rapport à 2018 et +8 points par rapport à 2016). Les invitées politiques ont été plus nombreuses qu’en 2018 (33 %, radio et télévision confondues, soit +6 points par rapport à 2018), mais leur temps de parole n’a été que de 28 % lors des dernières élections européennes.

Les visionnages ont révélé que les propos stéréotypés ou les situations dévalorisantes à l’égard des femmes ont été moins systématiques dans les émissions de téléréalité en 2019, constat corroboré par le faible nombre de saisines portant sur l’image des femmes dans ces émissions.


  • Georgesco (Florent), et alii, « Les femmes qui écrivent sont à la fois dedans et dehors, au centre et à la marge », Le Monde des Livres, nº 23376, 6 mars 2020, pp. 2-3.






Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.