Revue de presse du 11 octobre 2018

Revue de presse

Une twittoridienne bien connue nous fait l’honneur de citer un extrait d’un article publié le 1er juin 2016 sur P@ternet, en semblant toutefois l’attribuer à la « communication » de SOS PAPA… Fort marris de cette confusion pendant une trentaine de secondes, nous avons pris le parti d’en sourire.

Twitter 11/10/2018




  • « Le pape s’en prend à nouveau à l’avortement », 20 minutes, nº 3336, 11 octobre 2018, p. 8.

20 minutes, nº 3336, 11 octobre 2018, p. 8


  • « Le pape s’en prend à l’IVG », CNEWS, nº 2315, 11 octobre 2018, p. 12.

CNEWS, nº 2315, 11 octobre 2018, p. 12



  • « Pour le pape, avorter est comme recourir à “un tueur à gages” », La République des Pyrénées, nº 22468, 11 octobre 2018, p. 39.

La République des Pyrénées, nº 22468, 11 octobre 2018, p. 39



  • Bancaud (Delphine), « Presque ensemble, c’est tout », 20 minutes, nº 3336, 11 octobre 2018, p. 8.

  • Collectif, « En histoire, mettons fin à la domination masculine », Le Monde, nº 22939, 12 octobre 2018, p. 16.
  • Froidevaux-Metterie (Camille), « Science en France : les femmes toujours au bas de l’échelle », Le Monde, nº 22939, 12 octobre 2018, p. 17.
  • Judde de Larivière (Claire), « L’indifférence alimente l’autocensure et le doute », Le Monde, nº 22939, 12 octobre 2018, p. 17.
  • Perrot (Michelle), « Chez les historiens, Blois est une brèche », Le Monde, nº 22939, 12 octobre 2018, p. 16.






Un échantillon de 83 enfants et adolescents extrêmement aliénés a participé à une session Family Bridges de quatre jours avec les parents qu’ils rejetaient depuis trois à quatre ans. Ce programme a été mené après que des décisions judiciaires eussent fixé la résidence de ces enfants chez le parent qu’ils rejetaient. Tant les animateurs que les parents ont constaté de grandes améliorations dans le comportement des enfants : le refus de contact des enfants avec leur parent rejeté est passé de 85 % à 6 %, et, selon les critères retenus, entre 75 % et 96 % des enfants ont vaincu leur aliénation. Enfants et parents ont reconnu que la session avait permis d’améliorer leurs relations. En dépit d’un sentiment initial négatif, la plupart des enfants ont eu au final une opinion positive de la session. Ils ont notamment reconnu que les professionnels animant la session les avaient traités avec gentillesse et respect. Tous les parents et les deux tiers des enfants ont porté un jugement positif sur la session. Seuls 8 % des enfants ont conservé leur sentiment initial négatif et n’ont pas apprécié la session.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.