p@ternet

Réseau paternel

Publications recensées en juin 2018

Magazines


  • « Zoom sur Couples et Familles du Haut-Rhin », Lettre d’information (UDAF du Haut-Rhin), nº 14, mai-juin-juillet 2018, pp. 4-5.

Issue In Brief, nº 18-12, juin 2018Environ 40 % des mariages finissent par un divorce aux États-Unis – un taux désormais stable. Les auteurs de cet article ont étudié les effets à long terme de cette situation et montrent que le divorce augmente les risques d’avoir un niveau de vie relativement plus faible une fois à la retraite, notamment en raison d’une moindre capacité d’épargne après le divorce. Ils ont utilisé pour ce faire le National Retirement Risk Index, un indicateur présentant le pourcentage de ménages dits « à risque », dont le taux de remplacement projeté est inférieur d’au moins 10 % au taux de remplacement permettant de conserver le même niveau de vie qu’à l’âge actif.

Le divorce entraîne en effet des charges à court terme – les frais de justice, par exemple – mais aussi une baisse des ressources des époux – les coûts de transaction suite à la vente de leur patrimoine immobilier, par exemple. D’après l’étude, 53 % des ménages qui ont subi un divorce sont « à risque » quant à la retraite, contre 48 % des ménages qui n’ont pas divorcé. Les résultats varient toutefois selon la composition du ménage : les couples dont l’un des conjoints a déjà été divorcé ainsi que les hommes divorcés restant seuls sont clairement désavantagés : le versement d’une pension alimentaire ajouté aux dépenses pour la nouvelle famille pèse évidemment sur la capacité d’épargne des hommes remariés. A contrario, les femmes divorcées restant seules ont un risque équivalent à celui des femmes non divorcées.

L’étude montre également que le divorce entraîne une augmentation des dépenses courantes du ménage, notamment pour les femmes – qui gardent le plus souvent les enfants. Cette augmentation serait cependant compensée par une plus grande proportion de femmes propriétaires de leur logement à la suite du divorce (l’hypothèque du logement est prise en compte dans le calcul du National Retirement Risk Index).


Population & Sociétés, nº 556, juin 2018

L’assistance médicale à la procréation s’est beaucoup développée depuis la naissance du premier « bébé-éprouvette » au monde il y a quarante ans. L’auteur en fait un bilan pour la France : nombre d’enfants conçus par assistance médicale à la procréation naissant en France chaque année, méthodes utilisées et proportion d’enfants issus d’un don de gamètes, estimation du nombre total de naissances en France dues à l’assistance médicale à la procréation depuis ses débuts.

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme