Revue de presse du 15 septembre 2021

Revue de presse




Pensions and DivorceLes auteurs de ce rapport ont cherché à comprendre comment on peut évaluer l’impact du divorce sur le niveau de vie futur et les prestations de retraite des divorcés au Royaume-Uni. Bien qu’il s’agisse d’une question d’importance politique et sociale, il n’y a étonnamment presque aucune recherche existante sur le sujet, de sorte que l’analyse est basée sur des données qui datent maintenant de plus de quinze ans.

Le rapport constate que tout compromis entre l’immobilier et la pension en cas de divorce peut ne pas toujours être équilibré, car le patrimoine de retraite peut dépasser le patrimoine immobilier pour les couples retraités les plus riches, en particulier en dehors de Londres.

Le patrimoine de retraite est très inégalement réparti. Environ 28 % des personnes de plus de trente ans n’ont aucun patrimoine de retraite privé. Le patrimoine de retraite médian est de 29 492 £, passant à 79 087 £ pour les personnes disposant d’un patrimoine de retraite, avec une fourchette de 0 £ à plus de 8 millions de livres. 75 % des personnes de plus de trente ans ont accumulé un patrimoine de retraite de 155 000 £ au plus.

Les hommes disposent d’un patrimoine de retraite nettement plus important que les femmes, les disparités s’accentuant selon les tranches d’âge. Pour les personnes âgées de soixante-cinq à soixante-neuf ans, le patrimoine de retraite médian des hommes est d’un peu plus de 212 000 £, contre seulement 35 000 £ pour les femmes.

Les hommes mariés sont les plus riches en patrimoine de retraite. Pour le groupe d’âge de quarante-cinq à cinquante-quatre ans, les hommes mariés ont un patrimoine de retraite médian d’environ 86 000 £, contre 40 000 £ pour les femmes mariées. L’écart est de 185 000 £ contre 55 800 £ pour le groupe d’âge de cinquante-cinq à soixante-quatre ans. Les hommes divorcés du groupe d’âge de quarante-cinq à cinquante-quatre ans qui ne se sont pas remis en couple ont un patrimoine de retraite médian de 42 000 £, contre 16 000 £ pour les femmes dans la même situation. L’écart est de 100 000 £ contre 19 000 £ dans le groupe d’âge de cinquante-cinq à soixante-quatre ans.

Les auteurs affirment qu’un partenaire détient 90 % du patrimoine de retraite dans environ la moitié des couples ayant une retraite. Moins de 15 % des couples ont des pensions à peu près égales. Ces disparités varient peu selon la répartition des revenus et des richesses.

Le patrimoine de retraite médian dépasse le patrimoine immobilier médian pour les ménages appartenant aux 40 % les plus riches en termes de revenu du ménage. Le patrimoine de retraite médian dépasse 430 000 £ pour ceux du quintile de revenu le plus élevé, mais leur patrimoine immobilier net médian est d’environ 325 000 £. C’est particulièrement le cas pour ceux qui vivent en dehors de Londres et du sud-est de l’Angleterre.

Le patrimoine de retraite est supérieur au patrimoine immobilier pour le quartile avec les revenus de ménages les plus élevés dans toutes les régions, à l’exception de Londres. Le patrimoine retraite est en moyenne sensiblement plus élevé que le patrimoine immobilier (d’environ 400 000 £ à 500 000 £) pour le quintile de revenu le plus élevé dans toutes les régions, mais Londres montre à nouveau l’effet de prix immobiliers beaucoup plus élevés avec un excédent net pour les retraites d’environ 200 000 £.

Les auteurs appellent à davantage de recherches pour étudier comment l’équilibre du patrimoine de retraite au sein des couples varie dans la population, et quels sont les facteurs qui y sont associés. Ces recherches devraient tenir compte des finances plus larges des couples afin notamment de savoir comment la composition de l’actif change d’une cohorte à l’autre en fonction de l’emploi des femmes, de l’évolution des modèles d’accession à la propriété et de l’impact de l’endettement.


Quinzième rapport au Gouvernement et au ParlementMichèle Berthy (présidente du Groupement d’intérêt public Enfance en danger), Martine Brousse (vice-présidente) et Anne Oui (chargée de mission à l’Observatoire national de la protection de l’enfance) ont remis aujourd’hui le quinzième rapport de l’Observatoire national de la protection de l’enfance au Gouvernement et au Parlement à Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles.

La première partie de ce rapport porte sur la situation de la protection de l’enfance au cours de l’année 2020, une année marquée par la pandémie de Covid-19. Elle est donc consacrée aux effets de la crise sanitaire dans le domaine de la protection de l’enfance à partir du premier confinement de mars 2020 : effets sur les enfants et leurs familles, effets sur les organisations, effets sur les pratiques. Des répercussions différentes de la crise sanitaire sur les enfants en danger et leurs familles apparaissent selon l’âge des enfants et le type de situations de protection, ainsi qu’au fil des périodes successives de la crise. Un apaisement de certains enfants confiés a été relevé lors du premier confinement, qui a pu apparaître comme une « bulle sécurisante ». Du côté des enfants protégés par des mesures à domicile, les retours des professionnels se caractérisent par leur inquiétude concernant la satisfaction des besoins des enfants, compte tenu des conditions de vie des familles confinées chez elles et d’un suivi plus ardu des situations. Sur les périodes postérieures, plusieurs territoires font état d’une part d’une augmentation des situations à évaluer au titre des informations préoccupantes, d’autre part d’une augmentation des prises en charge après un an de crise sanitaire. Les jeunes majeurs ont traversé des difficultés accrues, de même que les mineurs non accompagnés dont les vulnérabilités ont été renforcées.

La deuxième partie du rapport présente les derniers chiffres de référence en protection de l’enfance ainsi que les observations de l’Observatoire national de la protection de l’enfance sur la continuité des travaux relatifs à la politique de protection de l’enfance au cours de l’année 2020, marquée par différentes initiatives et le maintien de la production de connaissances.






Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cette publication vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.