Revue de presse du 12 juin 2020

Revue de presse













  • Lambert (Stéphane), « Étude de cas : David », Radio Libre en Périgord – 102.3 FM en Dordogne (Jaf Ta Mère), 12 juin 2020.






L’activité sexuelle est un facteur important de bien-être et de santé, mais les tendances récentes chez les adultes américains en ce domaine étaient inconnues jusqu’ici. Une équipe de chercheurs internationale a donc étudié les tendances entre 2000 et 2018 de la fréquence déclarée de l’activité sexuelle et du nombre de partenaires sexuels selon l’âge et le sexe ainsi que les liens entre les mesures de l’activité sexuelle et les variables sociodémographiques. Cette étude a été menée en analysant les réponses d’adultes américains âgés de dix-huit à quarante-quatre ans à dix cycles du General Social Survey, une enquête américaine représentative au niveau national. L’analyse de la fréquence sexuelle a été faite pour 5 213 femmes et 4 291 hommes, celle du nombre de partenaires sexuels pour 5 377 femmes et 4 372 hommes (âge moyen : 31,4 ans).

La proportion de personnes âgées de dix-huit à vingt-quatre ans ayant déclaré n’avoir eu aucune activité sexuelle au cours de l’année précédente a augmenté chez les hommes entre 2000-2002 et 2016-2018 (passant de 18,9 % à 30,9 %) mais pas chez les femmes (de 15,1 % à 19,1 %). De plus petites augmentations absolues de l’inactivité sexuelle ont été observées chez les personnes âgées de vingt-cinq à trente-quatre ans, tant pour les femmes (de 7 % à 12,6 %) que pour les hommes (de 7 % à 14,1 %), mais pas chez les personnes âgées de trente-cinq à quarante-quatre ans. Cette augmentation de l’inactivité sexuelle a coïncidé avec une diminution de la proportion de rapports sexuels hebdomadaires ou plus fréquents (de 66,4 % à 54,2 % pour les femmes âgées de vingt-cinq à trente-quatre ans ; de 51,8 % à 37,4 % pour les hommes âgés de dix-huit à vingt-quatre ans ; de 65,3 % à 50,3 % pour les hommes âgés de vingt-cinq à trente-quatre ans), notamment chez les hommes non mariés âgés de dix-huit à quarante-quatre ans (de 16,2 % à 24,4 %). La fréquence des rapports sexuels hebdomadaire ou plus fréquents a également diminué chez les femmes et les hommes mariés (de 69,1 % à 60,9 % pour les femmes, de 71,1 % à 57,7 % pour les hommes). Les hommes à faible revenu (revenu annuel inférieur à 10 000 $), à temps partiel et/ou sans emploi sont plus susceptibles d’être sexuellement inactifs, tout comme les étudiants des deux sexes.

Cette étude révèle donc que l’inactivité sexuelle a augmenté chez les hommes américains entre 2000 et 2018, de sorte qu’environ un homme sur trois âgé de dix-huit à vingt-quatre ans n’a déclaré aucune activité sexuelle au cours de l’année précédente. L’inactivité sexuelle a également augmenté chez les femmes et les hommes âgés de vingt-cinq à trente-quatre ans. Ces résultats peuvent avoir des implications pour la santé publique.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.