Publications recensées en février 2020

Magazines

Ont été regroupées ici toutes les publications de février 2020 dont nous n’avons pu déterminer plus précisément la date de parution.





Masculinity in the Workplace Research

  • Collectif, Masculinity in the Workplace Research, London, Utopia/The Hobbs Consultancy, février 2020.

Plus de sept hommes sur dix (71 %) ressentent une pression pour être le soutien financier de leur famille et 56 % des personnes interrogées pensent que les hommes sont tenus de donner la priorité à leur activité professionnelle. Ce sont quelques-uns des chiffres clés de cet intéressant rapport britannique sur la masculinité dans le milieu du travail.




Avec leurs modèles historiquement similaires de fécondité élevée et stable ainsi que des politiques volontaristes en matière d’égalité entre les sexes, les pays nordiques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède) sont considérés comme des précurseurs dans le comportement démographique. Les théories de la fécondité ont en outre été fortement influencées par les tendances nordiques. La baisse de la fécondité qui a commencé vers 2010 dans de nombreux pays jusqu’alors à fécondité relativement élevée a cependant été particulièrement prononcée dans les pays nordiques. La fécondité nordique va-t-elle continuer à diminuer et s’écarter de son modèle historiquement stable ? En utilisant des données harmonisées, les auteurs de cette étude décrivent et analysent ce phénomène. Deux résultats clés en ressortent. D’une part, la baisse est principalement attribuable aux premières naissances, et peut être observée à tous les âges, de quinze à vingt-cinq ans – la baisse de la fécondité à grande échelle à partir de trente ans n’a pas été documentée dans ces pays. D’autre part, les prévisions indiquaient que la fécondité nordique moyenne devait passer de deux enfants pour la cohorte de 1970 à environ 1,8 enfant pour les cohortes de la fin des années 1980. Or, le Danemark et la Suède, où la baisse de la fécondité a été plus lente, divergent de la Finlande, de l’Islande et de la Norvège ; la Finlande diverge des autres pays quant à la baisse attendue de la fécondité (inférieure à 1,6). Ces résultats suggèrent que le modèle nordique de fécondité élevée et stable pourrait avoir besoin d’être mis à jour, et ils remettent en question les théories liant l’égalité des sexes et la fécondité.






Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.