Publications recensées en août 2018

Magazines

Population & Sociétés, nº 557, juillet-août 2018

Une partie des hommes sont contraints au célibat en Chine, ce qui inquiète car cette masse de célibataires est perçue comme menaçant l’ordre social. S’appuyant sur l’enquête DefiChine, les auteurs examinent les facteurs du célibat masculin en Chine rurale et remettent en cause les idées reçues, notamment celle voyant dans les hommes exclus du mariage des individus plus enclins aux pratiques à risque ou socialement réprouvées.


  • Collectif, APA Guidelines for Psychological Practice with Boys and Men, Washington, American Psychological Association, août 2018.

APA Guidelines for Psychological Practice with Boys and MenL’American Psychological Association publie diverses Guidelines for Psychological Practice (lignes directrices pour les pratiques professionnelles) pour informer les psychologues cliniciens dans leur travail auprès de populations spécifiques : femmes, personnes âgées, handicapées, homosexuelles, etc. Élaborées par des groupes de travail composés d’experts du domaine visé, ces directives sont des documents évolutifs, dont le contenu est examiné et revu de manière critique par les comités et conseils pertinents de l’American Psychological Association. Ce processus a pour but de refléter les recherches les plus récentes et le consensus sur le terrain.

Les présentes directives pour la pratique psychologique auprès des garçons et des hommes résument donc la recherche scientifique actuelle afin d’aider les psychologues à fournir à leurs patients masculins les soins les plus efficaces possibles.

De nombreuses caractéristiques généralement associées à la masculinité, telles que l’affirmation de soi, la compassion, le courage, la force et le leadership sont souvent associées à une bonne santé comportementale et psychologique. Selon les recherches psychologiques citées dans ces directives, certaines normes sociales masculines pourraient cependant avoir des conséquences négatives sur la santé des garçons et des hommes.

Ainsi, on enseigne souvent aux hommes dès leur enfance que le fait de montrer leurs émotions est un signe de faiblesse : « Les garçons ne pleurent pas » est un refrain courant. Selon certaines recherches, cette suppression rigide des émotions serait liée à une agressivité inappropriée et une augmentation de la prise de risque chez les garçons et les hommes, des facteurs pouvant accroître le risque de problèmes de santé physique et psychologique chez certains hommes. Ces directives estiment que les hommes ne sont pas biologiquement câblés pour être agressifs ou violents, mais constatent que les hommes ont des taux de toxicomanie et de violence plus élevés et sont plus susceptibles de mourir d’homicide ou de suicide que les femmes.

Certaines recherches ont également montré que les garçons et les hommes auxquels on enseigne ainsi à ne pas montrer leurs émotions sont moins disposés à demander de l’aide pour lutter contre la détresse psychologique, de sorte que beaucoup de garçons et d’hommes qui ont besoin d’aide n’en obtiennent pas. L’un des buts de ces directives est de faire comprendre aux garçons et aux hommes que chercher de l’aide n’est pas une marque de faiblesse mais de force.

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.