p@ternet

Réseau paternel

Question sur la prise en charge des enfants endeuillés

Journal officiel de la République française, édition « Débats parlementaires – Sénat », nº 27 S (Q), 13 juillet 2017

Sutour (Simon), Question écrite nº 267 au ministre de l’éducation nationale sur la prise en charge des enfants endeuillés [Journal officiel de la République française, édition « Débats parlementaires – Sénat », nº 27 S (Q), 13 juillet 2017, pp. 2227-2228].

Simon Sutour (© D.R.)

Simon Sutour (© D.R.)

M. Simon Sutour attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur la prise en charge des enfants endeuillés.

En effet, en France, 800 000 enfants et jeunes adultes confiés à notre système sont orphelins, dont 500 000 de moins de 25 ans, soit deux à trois enfants par classe au collège et au lycée et trois orphelins de père pour un orphelin de mère (Institut national de la statistique et des études économiques – INSEE, 1999, étude de l’histoire familiale).

L’école est un lieu où l’enfant orphelin évolue, la plupart du temps, de manière anonyme, parce que les adultes qui l’entourent se sentent impuissants et ne savent pas quoi dire.

La famille reste encore aujourd’hui un lieu où l’enfant orphelin a du mal à trouver sa place et à s’exprimer, par peur de peiner son entourage.

Face à ce constat une prise de conscience collective peut réellement changer l’avenir de nos enfants et faire chuter les chiffres de tentatives de suicide chez les jeunes, le suicide étant la deuxième cause de mortalité chez les 14-25 ans en France, ce chiffre augmentant avec l’âge, selon le « baromètre » de la santé en 2010 (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, INPES, janvier 2014).

De plus, l’école est un lieu où il peut arriver qu’une perte d’un proche, d’un camarade, d’un enseignant ou un traumatisme général lié à une actualité violente, comme les attentats du 13 novembre 2015, entraîne des incompréhensions chez l’enfant.

C’est pourquoi il lui demande ce que l’éducation nationale compte mettre en place sur ce sujet, afin d’accompagner l’enfant confronté à un deuil.


Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme