p@ternet

Réseau paternel

Revue de presse du 22 juin 2017

Revue de presse


  • « Infanticide : la mère déclarée irresponsable », La République des Pyrénées, nº 22073, 22 juin 2017, p. 4.

La République des Pyrénées, nº 22073, 22 juin 2017, p. 4


  • « Nicole Belloubet, une juriste et ancienne “Sage” », Le Figaro, nº 22664, 22 juin 2017, p. 6.


Insee Première, nº 1652, 22 juin 2017L’Institut national de la statistique et des études économiques publie ici les résultats d’une enquête prospective évaluant la population française à l’horizon 2050. Dans l’hypothèse de la continuité des tendances démographiques actuelles, la population de chaque région française, sauf en Guadeloupe et en Martinique, augmenterait pour atteindre les 74 millions d’habitant soit 8,2 millions de plus qu’en 2013. En métropole, la croissance démographique demeurerait plus prononcée à l’Ouest et au Sud ; dans ces régions, le solde migratoire avec les autres territoires (français ou étrangers) serait nettement excédentaire.

« L’arrivée aux âges de forte mortalité de générations nombreuses du baby-boom » limiterait cependant la hausse de la population dans l’ensemble des régions. Le nombre des décès deviendrait ainsi supérieur à celui des naissances dans de nombreuses régions, donnant lieu à un important vieillissement de la population. Le rapport entre populations âgée et jeune augmenterait fortement, notamment en Guadeloupe et Martinique, mais aussi en Corse et, dans une moindre mesure, en Bretagne et en Normandie. Ce vieillissement général pourrait être accentué dans certaines régions par la baisse des effectifs de jeunes et d’âge actif, en particulier dans le Grand Est et en Normandie. Le solde naturel ne serait plus positif en 2050 que dans quatre régions.

À l’échelle nationale, la classe d’âge des séniors de plus de soixante-cinq ans connaîtrait la croissance la plus importante : de + 2,5 % en moyenne annuelle entre 2013 et 2020 à + 0,6 % entre 2040 et 2050. La proportion des séniors atteindrait 27,2 %, soit 9,7 points de plus qu’en 2013. Le nombre de personnes âgées de soixante-quinze ans ou plus représenterait 16,4 % de la population française en 2050, contre 9 % en 2013.

Ce vieillissement s’expliquerait « par une baisse du reste de la population alors même que la hausse de la population des séniors serait parmi les plus faibles du pays ». En 2050, seule une personne sur deux compterait parmi les 20-64 ans, soit une diminution de 7,3 points par rapport à 2013. Les moins de vingt ans ne représenteraient plus que 22,3 % de la population, soit 2,3 points de moins qu’en 2013.

« En raison de ces écarts entre les différentes tranches d’âge, le rapport entre population âgée et population jeune progresserait fortement d’ici à 2050. À l’échelle nationale, il s’établirait en 2050 à 122 personnes de 65 ans ou plus (“séniors”) pour 100 personnes de moins de 20 ans (“jeunes”) ; en 2013, ce ratio était de 71 séniors pour 100 jeunes. »


  • Jacquin (Jean-Baptiste), Johannès (Franck), « Nicole Belloubet, une juriste à la justice », Le Monde, nº 22532, 23 juin 2017, p. 4.

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

© 1999-2017 p@ternet Frontier Theme