Revue de presse du 16 mai 2019

Revue de presse

Dans le cadre de la National Marriage Week (13 au 19 mai), les députés britanniques ont débattu cet après-midi du lien entre mariage et santé mentale. Parmi les nombreux sujets abordés, on relève notamment l’importance du mariage pour le bien-être des couples et des enfants, le soutien qui devrait être apporté à ceux dont les relations se sont brisées et qui risquent d’être confrontés à des problèmes de santé mentale, et ce qui peut être fait pour que les relations familiales offrent un environnement sain pour tous.

Fiona Bruce, qui menait le débat, a évoqué l’importance de la stabilité du couple parental et la meilleure longévité des couples mariés (vers 13:48) :

« It is not just the quality of the parents relationship that matters, but also, it is increasingly recognised, the stability of the parents relationship, if that relationship endures and endures throughout childhood. […] We can’t avoid the evidence ; all the evidence shows that marriage as opposed to cohabitation is much more likely to endure and much more likely to promote stability. Just one in eleven married couples split up before a child’s fifth birthday compared to one in three unmarried couples. »

Évoquant son propre mariage, Jim Shannon a souligné l’influence du mariage parental sur la santé mentale des garçons (vers 13:59) :

« Marriage is a wonderful thing, but like all things of worth it’s not easy. I speak as someone who has been married for 32 years. […] A strong marriage requires two people who choose to love each other even when there are times when we don’t particularly like each other. […] The positive effect of marriage on mental health is clear for all to see. What was particularly interesting to me in this study by the Marriage Foundation is that the effect of marriage extends well beyond stability and selection effects. For boys whether their parents were married or not when they were born remains one of the two biggest influences on their subsequent overall mental health. »











Voir notre article du 10 avril dernier.


Tackling the gender pay gap: not without a better work-life balanceCette publication du European Institute for Gender Equality présente un aperçu de l’écart des rémunérations entre femmes et hommes dans l’Union européenne, et ses conséquences pour les pensions de retraite.

Les femmes de l’Union européenne gagneraient en moyenne 16 % de moins que les hommes. Cet écart s’explique par de nombreux facteurs bien identifiés : les femmes effectuent davantage de tâches non rémunérées, interrompent leur carrière professionnelle, sont concentrées dans les emplois les moins qualifiés et les moins rémunérés, et sont plus susceptibles de choisir un travail à temps partiel pour concilier vie familiale et vie professionnelle. Par ailleurs, dans les domaines à prédominance masculine, comme les technologies de l’information et de la communication, les employés doivent souvent faire montre d’une disponibilité quasi permanente, travailler sans compter les heures et se sentent obligés de donner la priorité à leur travail par rapport à leur famille. Au bout du compte, les pensions des femmes sont 37 % moins élevées que celles des hommes.

La note de recherche explore les liens entre l’écart de rémunération entre femmes et hommes et les politiques visant à améliorer l’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle, en mettant l’accent sur le rôle de mesures telles que le congé parental et les horaires de travail flexibles.





  • Paris (Gilles), « En Alabama, la bataille de l’avortement », Le Monde, nº 23124, 17 mai 2019, p. 6.

Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.