Revue de presse du 1er février 2019

Revue de presse



24e rapport sur l’état du mal-logement en France 2019Cette vingt-quatrième édition du rapport annuel sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre livre une nouvelle description de la crise du logement. Alors que le marché de l’immobilier affiche une bonne santé générale, quatre millions de personnes restent mal logées ou privées de domicile, tandis que douze millions voient leur situation fragilisée par la crise du logement. Au total, près de quinze millions de personnes (plus d’un cinquième de la population de notre pays) sont concernées et touchées, à un titre ou à un autre, par la crise du logement, qu’elles soient fragilisées par rapport au logement ou mal logées (copropriétés en difficulté, impayés de loyers, précarité énergétique, surpeuplement…).

Le sort des personnes sortant d’institutions (Aide sociale à l’enfance, hôpital psychiatrique et prison), souvent sans accompagnement ni solution de logement, est particulièrement mis en évidence. S’apparentant à des expulsions de fait, ces « sorties sèches » aggravent la détresse de personnes particulièrement vulnérables et les conduisent parfois « aux portes de la rue ».

Le rapport dresse un portrait statistique approfondi accablant de ces problèmes, mais ne se limite pas à l’observation. Il vise aussi à infléchir les politiques publiques au travers de solutions concrètes au profit des mal-logés.

Face au sans-abrisme, la Fondation Abbé Pierre soutient depuis des années des expérimentations en France et à l’étranger montrant que l’approche du « logement d’abord », consistant à orienter directement les personnes sans domicile vers un logement autonome, est plus digne et plus efficace que les parcours chaotiques au sein du système d’hébergement d’urgence. Cette approche fait désormais l’objet d’un plan gouvernemental, entré en 2018 dans sa phase opérationnelle avec la désignation de vingt-trois territoires chargés de le mettre en œuvre de manière accélérée. Le rapport dresse le bilan des timides premiers pas, dans un contexte politique et social défavorable, marqué par les coupes budgétaires majeures subies par la politique du logement.

Francesco Arcuri vs Juana Rivas

Philippe Schmitt

  • Robert-Diard (Pascale), « L’ancienne présidente du Syndicat de la magistrature condamnée », Le Monde, nº 23036, 2 février 2019, p. 11.

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.