Communiqué de presse du Collectif La Grue jaune

Communiqué de presse du Collectif La Grue jaune

La grue jaune

Philippe Veysset (© D.R.)

Philippe Veysset (© D.R.)

Depuis ce matin, 3 h 30, Philippe Veysset est perché sur une grue, 46 avenue de Breteuil, à Paris (VIIe).

Après d’innombrables brimades et tentatives éhontées de manipulation – il a notamment été victime d’un viol volontairement impuni – son fils Tadeusz se trouve aujourd’hui dans une situation dramatique (déscolarisation depuis un an, addiction aux jeux vidéo, état semi-dépressif).

À l’heure où se débattent les dispositions Latombe dans le cadre de la réforme de la Justice, cette action rappelle que les papas déjà séparés qui affichent une revendication éducative restent l’objet des pires injustices.

Le Collectif La Grue jaune soutient cette action courageuse, qui milite pour davantage d’égalité parentale dans les séparations et signe l’urgence d’instituer une justice familiale.

Philippe Veysset : 06 52 35 82 58

Contact au sol : Christopher Magniez, 07 77 69 02 83

Collectif La Grue jaune
214 avenue du Général Leclerc
78220 VIROFLAY
Tél. : 06 52 35 82 58
Fax : 09 58 58 77 62

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mise à jour du 19 mai 2018

Bonjour à tous,

Suite à mon action de dimanche dernier, la société Dumez Île-de-France, à laquelle appartient la grue, a décidé de porter plainte contre X.

Si nous sommes assez nombreux à le demander, Dumez retirera peut-être sa plainte. Vous trouverez ci-dessous un modèle de lettre : copiez/collez cette lettre, signez-la et envoyez-la à l’adresse indiquée.

Merci à tous, je reste à votre disposition.

Philippe Veysset

[en tête : vos nom et adresse]

Monsieur Yves BOULU-GAUTHIER
Directeur général
DUMEZ Île-de-France
2 rue du Cottage Tolbiac
94550 CHEVILLY-LARUE

Objet : grimpe d’un papa sur une grue appartenant au groupe Dumez

Le 19 mai 2018

Monsieur le Directeur général,

Le 13 mai, un papa militant que nous respectons tous est grimpé, exceptionnellement, sur une grue appartenant à la société Dumez Île-de-France.

Il s’agissait d’une action de courte durée (sept heures). Aucune dégradation de matériel, ni aucun vol ne sont à déplorer. S’agissant d’un dimanche, il ne semble pas y avoir eu de perte d’exploitation.

Le papa en question est, dans sa vie personnelle, soumis à de très lourdes pressions. En particulier, son fils, déscolarisé depuis un an, est menacé d’une hospitalisation en psychiatrie, sans qu’aucune solution alternative, telle une garde au père, ne soit, pour l’instant, envisagée par le juge, s’agissant aussi, à travers l’enfant, d’atteindre le père et le militant.

Or, nous avons appris que votre société portait plainte contre ce papa. D’après ce qui nous a été dit, cette solution aurait été suggérée par la police elle-même.

Nous nous adressons à votre bienveillante compréhension.

Sans doute, du fait de la circonstance d’un attentat mortel commis au même moment, la presse a préféré concentrer son attention et celle du public sur cet attentat. Cependant, même cet événement peut être relié au combat mené par ce papa puisque, par exemple, le terroriste a grandi sans père.

Le combat pour l’égalité parentale et le respect du droit de l’enfant à ses deux parents est un combat difficile car il implique de contester le rôle d’une institution puissante : l’institution judiciaire familiale. Seules des prises de risque, par l’impact auprès de l’opinion qu’elles induisent potentiellement, peuvent faire bouger les lignes.

En effet, il ressort d’une expérience plus que trentenaire, que, bien que jugeant les autres, l’institution précitée ne parvient pas à se remettre en question, à jauger son propre rôle, à se juger elle-même. D’autre part, des intérêts financiers corporatifs faussent son jugement en ce domaine.

Ce combat est cependant rendu nécessaire pour que l’accès massif – en soi légitime – des femmes, et parmi elles, de nombreuses mamans, au marché du travail soit compensé par l’accès des hommes (qui le souhaitent) à des responsabilités privées et domestiques.

C’est là un enjeu sociétal majeur dont dépend l’équilibre général, le bon fonctionnement et, finalement, la qualité de vie de notre société.
D’autre part, pouvons-nous appeler votre attention sur le coût humain des discriminations précédemment évoquées : suicides (plusieurs par semaine), problèmes de santé publique (cancers, etc.) ?

Enfin, dans l’entreprise, les difficultés personnelles de ce genre auxquelles un employé est confronté ont souvent un impact négatif sur la qualité de son travail, sa motivation, la relation avec ses collègues.

C’est pourquoi, je me tourne vers vous : pouvez-vous, s’il vous plaît, retirer cette plainte contre X que vous avez, au nom de la société, déposée ?

Tous, au nom de l’ensemble des parents qui souffrent de discriminations et ne peuvent, aujourd’hui, entretenir avec leur enfant, des relations normales, vous en serons reconnaissants, d’autant que ce papa s’engage, par ailleurs, à ne pas remonter sur une grue de votre société.

Je vous remercie pour l’intérêt que vous voudrez prendre à ma démarche et dans l’attente, vous prie de croire, Monsieur le Directeur général, à l’expression de ma considération distinguée.

[signature]


Un commentaire

Ajoutez un commentaire
  1. DÉMENTI DE L’ASSOCIATION COLLECTIF LA GRUE JAUNE SUITE À L’ACTION DE PHILIPPE VEYSSET
    Notre bureau de l’association Collectif La Grue Jaune dément formellement avoir apporté son soutien à l’action individuelle de Philippe Veysset, qui est monté sur une grue de chantier à Paris rue de Breteuil.
    Pour rappel, Philippe Veysset, suite à la décision de l’assemblée générale et du bureau, a été exclu définitivement du collectif La Grue Jaune depuis le 7 mai 2016, pour plusieurs raisons, dont les principales figurent ci-dessous :
    – Non règlement de sa cotisation 2016 (il a justifié d’un règlement par virement la veille du jour de l’AGE du 16 avril) et n’a donc pu être convoqué, mais est venu pour tenter de saboter cette AG, sans succès.
    – Utilisation frauduleuse d’un compte et d’un chèque.
    – Détournement d’adhérents Grue Jaune au profit de sa propre association la DESPA.
    – Modification des statuts du collectif et publication sur le site sans discussion et donc sans vote en AG.
    – Multiples mensonges et accusations mensongères contre des membres.
    – Enfin, Philippe Veysset avait voulu « éjecter » des membres du bureau qui avaient dénoncé son comportement despotique en envoyant, sans aucune concertation avec le bureau, un appel au vote pour une primaire, avec l’usurpation de la signature du secrétaire général, appel au vote dans un délai ridicule puisqu’à la date d’envoi de cet appel, le scrutin était déjà clos. Enfin ce vote était réservé aux adhérents de La Grue Jaune, et il se faisait sur un espace numérique auquel Philippe Veysset avait accès. Rien que cela !

    Nous tenons à réaffirmer que Philippe Veysset a été désavoué lors de notre dernière assemblée générale du samedi 16 avril 2016 à Paris et qu’il a ensuite fait l’objet d’une procédure statutaire d’exclusion de notre association, de sorte que cela fait déjà six mois que Philippe Veysset ne bénéficie d’aucun titre ni mandat associatif pour s’exprimer et agir au nom du Collectif La Grue Jaune, ce qui lui a déjà été signifié par huissier de justice. Même s’il a fait une AG pirate avec quelques personnes dont Pierre Besson, soutien de Philippe Veysset pour cette action.
    Mais nous disons que Philippe Veysset a surtout une énorme responsabilité dans la déconfiture du mouvement par sa politique d’exclusion quasi systématique et son refus de concertation avec les autres responsables d’associations. Il s’était approprié le Collectif pour se mettre en avant personnellement, et il continue de le faire.
    Quant à Pierre Besson, revenu à La Grue Jaune uniquement pour pouvoir faire transiter une subvention ERASMUS sur le compte bancaire de LGJ, projet qui a suscité beaucoup de doutes dans l’équipe de la Grue Jaune, il ne s’embarrasse pas de questions de moralité en allant rejoindre Philippe Veysset et en continuant de le soutenir.
    Que Philippe Veysset fasse des actions personnelles est une chose, qu’il se prétende Président de La Grue Jaune en est une autre, qu’il profite d’une action pour lancer sa candidature à la présidentielle et qu’il annonce le soutien de la Grue Jaune est un honteux mensonge.
    Le bureau avait décidé de renoncer à une candidature à la présidentielle au regard de la logistique nécessaire, des moyens financiers et de la nécessaire consultation d’une base très large de notre mouvement.
    La réalité, c’est que Philippe Veysset sous couvert de défendre la cause de l’égalité parentale, continue dans ses délires égocentriques, ivre d’orgueil et de vanité au point de se croire « candidat à la présidence de la République », sans aucune concertation avec les acteurs historiques ! Nous ne pouvons cautionner de telles dérives nombrilistes.
    Nous tenons à rappeler que le Collectif La Grue Jaune a lancé il y a plusieurs semaines un appel à la mobilisation nationale en direction des associations et des collectifs de la coparentalité et de l’égalité parentale pour nous mettre tous autour d’une table afin de décider ensemble de propositions issues de cette concertation collective.
    C’est pourquoi nous démentons avec force avoir donné le moindre accord à Philippe Veysset, dont la démarche narcissique et la posture manipulatrice sont contraires à nos valeurs et à notre logique de rassemblement des forces associatives autour de revendications et d’actions en faveur de l’égalité parentale, qui doivent être collectives et concertées.

    Le bureau du Collectif La Grue Jaune

    lagruejauneasso@gmail.com
    https://www.collectif-la-grue-jaune.fr/
    https://www.facebook.com/groups/CollectifLAGRUEJAUNE/

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.