Revue de presse du 22 février 2019

Revue de presse



Le quotient conjugal suscite des controverses parmi les économistes : il n’est pas adapté aux nouvelles configurations familiales, il désincite potentiellement à l’activité des femmes mariées, il n’est pas conforme au principe de capacité contributive des ménages et il procure un avantage d’autant plus important que les revenus sont élevés. Les auteurs de cette étude ont simulé trois réformes à l’aide du modèle de micro-simulation Ines : une individualisation de l’impôt, la réduction à 1,5 part du quotient conjugal en ouvrant la possibilité pour les couples mariés ou pacsés d’opter pour une imposition individuelle, et le plafonnement du quotient conjugal au même niveau que le quotient familial.



Faire un don

Totalement indépendant, ne bénéficiant à ce jour d’aucune subvention publique et ne vivant que de la générosité privée, P@ternet a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer, et se développer. Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir P@ternet grâce à un don ponctuel en cliquant sur l’image ci-dessous.

helloasso

Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.