p@ternet

Réseau paternel

Revue de presse du 23 mars 2017

Revue de presse


  • « Drôme : un homme tue sa famille et se suicide », CNEWS Matin, nº 2043, 23 mars 2017, p. 6.

CNEWS Matin, nº 2043, 23 mars 2017, p. 6




  • « Vers l’arrêt sur demande », CNEWS Matin, nº 2043, 23 mars 2017, p. 4.

CNEWS Matin, nº 2043, 23 mars 2017, p. 4


Insee Première, nº 1641, 23 mars 2017

Où on retrouve la logorrhée féministe victimaire bien connue :

« En 2014, l’écart de rémunération entre femmes et hommes diminue légèrement dans la fonction publique hospitalière mais reste important : le salaire net des femmes est inférieur de 20,9 % à celui des hommes. Toutes choses égales par ailleurs, l’écart salarial moyen entre femmes et hommes se réduit à 3,4 %. » (p. 1)

« Toutes choses égales par ailleurs », c’est-à-dire en faisant abstraction « des répartitions différentes des hommes et des femmes selon les métiers (catégorie hiérarchique, statut, filières d’emploi) » et de l’« effet âge » (p. 3). Toutes choses encore plus égales par ailleurs, c’est-à-dire en faisant abstraction des autres facteurs objectifs ici passés sous silence (heures supplémentaires, interruptions de carrière, temps partiel, etc.), l’écart salarial est forcément nul dans un secteur professionnel où la rémunération est définie, comme l’ensemble des règles de gestion des carrières, à partir de dispositions réglementaires et statutaires fixées par la puissance publique et totalement asexuées.



Les auteurs ont étudié la relation entre diverses structures familiales et le niveau de compétences cognitives et non cognitives chez des élèves de quinze à seize ans. Les données transnationales du Programme for International Student Assessment de 2012 ont été utilisées. En cartographiant les inégalités selon les structures familiales dans trente-trois pays développés, cette étude fournit des indicateurs sérieux sur la relation entre la structure familiale et les compétences cognitives et non cognitives. L’étude fournit trois résultats clés : premièrement, l’absence de père ainsi que la cohabitation avec les grands-parents est associée à des résultats défavorables pour les enfants dans pratiquement tous les pays développés. Deuxièmement, cela est généralement vrai en termes de compétences à la fois cognitives et non cognitives, bien que le désavantage lié à ces deux structures familiales soit notablement plus fort dans le premier domaine que dans le second. Enfin, il existe une diversité transnationale marquée dans les effets associés à la présence de frères et sœurs ou de grands-parents.


  • Claich (Nicolas), « Je n’ai jamais vu mon petit-fils de 5 ans », Liberté. Le Bonhomme Libre, 23 mars 2017, p. 19.

Témoignage de notre camarade Jean Le Bail.



Géographie de l’école, Paris, Ministère de l’éducation nationale, 23 mars 2017 (douzième édition)

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’éducation nationale a publié aujourd’hui la douzième édition de la Géographie de l’école. Au regard de l’environnement familial, les auteurs de ce rapport font un constat (p. 16) qui ne surprendra personne :

« Les conditions de vie familiale de l’enfant ont une influence sur sa réussite et son parcours scolaire. Un parent manquant peut être un soutien en moins pour l’élève. »



Insee Première, nº 1640, 23 mars 2017

Où on apprend que la fonction publique de l’État est toujours plus féminisée :

« Déjà largement majoritaire dans la fonction publique, la part des femmes augmente très légèrement en 2015, pour atteindre 62,2 % des salariés. C’est essentiellement la FPE qui est concernée par cette progression (+ 0,3 point). » (p. 2).



Laissez un commentaire (respectez les règles exposées dans la rubrique “À propos”)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 1999-2018 p@ternet Frontier Theme